Revue n° 19avril 2014

Les grands projets de la culture


» Revenir au Sommaire Abonnez-vous à la revue pdf Télécharger le sommaire

Réhabilitation à grande échelle du centre ville : Oran panse ses plaies.

(page n°10)

Oran panse ses plaies et lance, à travers l’OPGI, une très grande opération de réhabilitation des immeubles du centre- ville. La démarche n’est pas très claire par rapport au choix des rues et boulevards concernés par ces opérations, mais la dynamique se voit un peu partout et les travaux en cours animent les échanges et les débats au sein de la population. Après l’inauguration du tramway, l’espace public re-lifté participe à cette métamorphose de la ville. Des couleurs pastel fleurissent sur les grands boulevards et donnent une certaine gaieté au centre-ville. C’est ainsi que plusieurs entreprises algériennes et étrangères s’activent pour redonner à cette ville ses lettres de noblesse. Le pari est audacieux au vu des financements limités et tributaires du statut de chaque immeuble. Ces réhabilitations se font au cas par cas et concernent pour le moment les façades, les parties communes et les terrasses. Par ailleurs, les responsables locaux se posent des questions sur les réhabilitations lourdes où il est nécessaire d’intervenir sur les éléments structurels, d’autant plus qu’il n’y a pas encore d’étude précise sur le catalogage et le classement des immeubles à haute valeur architecturale.

C’est dans ce cadre qu’un séminaire s’est tenu les décembre dernier avec des spécialistes algériens et 5 et étrangers pour débattre du sujet. L’initiative est à mettre au profit du nouveau wali d’Oran qui a parrainé cette rencontre de très haut niveau, et c’est l’OPGI d’Oran, à sa tête M Dorbahn Benalel, qui l’a organisée. Les participants à cet événement ont été sélectionnés dans un esprit de complémentarité. Des universitaires pour les aspects liés à la recherche appliquée (EPAU et USTO), le CNERIB pour la réglementation, le CTC pour l’examen des pathologies, une agence foncière avec une opération de réhabilitation d’un centre urbain, des architectes espagnols qui ont présenté des opérations modèles et des entreprises spécialisées qui ont relaté leurs difficultés et exposé l’organisation de leurs chantiers. Bref, deux journées très remplies suivies de débats à la fois passionnés et passionnants. Les recommandations ont été à la hauteur.

Au vu de l’importance de ce séminaire, nous avons décidé d’y consacrer un dossier complet dans le n°20 de la revue.
Rendez-vous pris pour la revue spéciale Batimatec 2014.

Infos légales | Crédits