Revue n° 19avril 2014

Les grands projets de la culture


» Revenir au Sommaire Abonnez-vous à la revue pdf Télécharger le sommaire

«Formation, métiers et insertion professionnelle»: Compte rendu du séminaire (EPAU, Alger, 20-21 octobre 2013)

Par Mohamed SRIR Coordonnateur FSP et organisateur du séminaire
(page n°20, 02 pages)

Ce colloque, soutenu par l’ambassade de France via le projet FSP «Fonds Spécial Prioritaire d’appui à la réforme des écoles supérieures algériennes», s’est tenu les 20 et 21 octobre à l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger. Il est aussi le fruit d’une collaboration entre l’EPAU et ses partenaires des ENSA françaises avec lesquelles plusieurs journées thématiques ont été organisées depuis le lancement du FSP en 2008.

Le séminaire, organisé en trois sessions plénières et une table ronde, a rassemblé une centaine de participants entre conférenciers, enseignants, praticiens et étudiants, tous acteurs intervenant dans le cursus de formation et d’exercice de l’architecte.

L’objectif du séminaire, qui vient clôturer le projet de coopération ayant accompagné la réforme des programmes à l’EPAU, était de mettre en évidence les attentes à la fois de la formation et de la profession d’architecte en termes d’insertion professionnelle et d’employabilité des diplômés.

Il a été l’occasion de recevoir, dans ce domaine, les représentants algériens et français des conseils nationaux et locaux de l’Ordre des architectes, des syndicats des architectes agréés, des agences et bureaux d’études, des entreprises et institut de la formation professionnelle et continue. Après que Mohamed Salah Zerouala, directeur de l’EPAU, ait présenté sa communication d’ouverture, les intervenants ont apporté leurs points de vue et présenté leurs contributions à cet objectif partagé de construire des passerelles entre l’école et le monde professionnel.

Dans la première session, Bernard Haumont 1 a abordé, à travers une comparaison européenne, la question de l’acquisition de premières expériences professionnelles et de savoirs complémentaires dans le monde du travail aujourd’hui marqué par les multiples marchés de l’architecture et les divers métiers qui les structurent. Parmi les intervenants de cette première session, nous aurons remarqué aussi les contributions de Bérengère PY 2 et Abdelkrim Louni 3 qui ont analysé respectivement les positions du CNOA 4 français et du CLOA 5 d’Alger sur l’enseignement de l’architecture et les droits d’accès à la profession d’architecte agréé.

Les autres contributions de la deuxième session ont porté essentiellement sur la nécessité de l’habilitation à la maîtrise d’œuvre et de la formation continue qui jouent un rôle déterminant dans les métiers de l’architecte. Jean-Pierre Courtiau 6 affirme dans sa présentation que la formation continue s’impose de manière très forte à l’exercice de l’architecte et participe à une politique dynamique de l’architecture dans sa confrontation avec l’enseignement initial, avec la profession et les grands enjeux nationaux et internationaux.

Achour Mihoub 7, pour sa part, a rappelé les objectifs du SYNAA qui active pour réglementer le stage des jeunes architectes et les préparer au monde du travail. Il a insisté également sur l’importance de la participation de tous les partenaires de l’école dans la préparation des programmes d’encadrement, ce qui garantirait l’échange entre l’exercice de la profession et son enseignement.

La diversité des métiers et les nouveaux enjeux de pratique, d’intégration et d’entrepreneuriat ont été traités dans la troisième session.

Le colloque s’est terminé par une table ronde, animée par Mohamed Srir 8, durant laquelle ont été abordées les questions liées aux difficultés qui entravent la mise en place d’une relation pérenne entre la formation et la pratique et aux mécanismes nouveaux de l’insertion professionnelle. Des étudiants ont contribué aux côtés d’une vingtaine de participants enseignants et praticiens de l’architecture à une réflexion sur ces thèmes. Après des débats très passionnants, un consensus s’est finalement établi entre tous les participants autour de la création d’un référentiel de compétences de la formation d’architecte qui soit partagé afin de garantir à la fois la qualité de la formation et l’intégration professionnelle.

L’ensemble des contributions, qui n’ont pas pu être toutes citées ici, feront l’objet d’une publication sous forme de dossier spécial dans un numéro à venir.

1. Professeur ENSA Paris, Val-de-Seine
2. Vice-présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes français CNOA
3. Président du Conseil local de l’Ordre des architectes algériens CLOA
4. Conseil National de l’Ordre des architectes français
5. Conseil Local de l’Ordre des architectes d’Alger
6. Inspecteur du patrimoine (France), spécialiste de la formation continue
7. Président du Syndicat national des architectes agréés algériens SYNAA
8. Enseignant, coordonnateur du FSP/EPAU.

Infos légales | Crédits