Revue n° 21Février 2015

Pour une sauvegarde active et participative de notre patrimoine

couverture du numéro 21
» Revenir au Sommaire Abonnez-vous à la revue pdf Télécharger le sommaire Commandez ce numéro

Nouvelles parutions

(Page n°42, 02 pages)

La ville et le pouvoir en Islam, exemple d’Alger à l’époque ottomane

Ben Hamouche Mustapha, architecte, docteur d’Etat en urbanisme et gestion urbaine.
Editions Palimpseste, Alger, 2014. 264 p., format 21*30, Ouvrage d’art, avec le soutien du ministère de la Culture.

Comment était la ville d’Alger pendant la période ottomane et avant sa chute entre les mains de l’armée française ? Est-il vrai qu’elle manquait de bonne gouvernance et se plaignait de l’absence d’institutions des affaires urbaines ? Sont-ils vrais aussi les propos des orientalistes concernant les villes islamiques vivant dans le chaos et que les autorités ottomanes, tout comme les gouvernances musulmanes étaient absentes vu qu’elles ne s’intéressaient qu’à la guerre sainte, jihad, et à la piraterie, n’accordant aucune attention aux sociétés civiles qu’elles gouvernaient ? L’ouvrage al-madina oua al-soulta fi al islam «La ville et le pouvoir politique en Islam : Le cas d’Alger à l’époque ottomane» met en lumière les villes islamiques du Moyen-Maghreb pendant la période 1530-1830. En répondant aux questions précédentes, l’étude s’étale sur les domaines juridique, administratif et historique de cette époque.

Partant de l’hypothèse de relation de cause à effet entre le mode de production de l’espace et la nature de la puissance légale, wilaya khassa, l’auteur considère que l’urbanisme n’est que le produit du mode de distribution du pouvoir dans la société, ce qui l’élève au rang de la loi universelle au sens d’Ibnou-Khaldoun et de Montesquieu. Autrement dit, beaucoup d’aspects de l’urbanisation peuvent être expliqués par le mode d’exercice du pouvoir légal au sein de la société, son système de gestion urbaine et ses lois régissant les actions des acteurs urbains, dont le simple citoyen fait partie.

Le livre se compose de trois parties. Tout d’abord, des concepts de base définissant la terminologie juridique émanant du droit musulman sont présentés. L’auteur passe ensuite à la reconstitution du cadre législatif, politique, administratif et judiciaire de la ville, en se référant aux archives ottomanes et aux ouvrages d’histoire urbaine dont la plupart reviennent à la documentation coloniale française.

La deuxième partie présente la gestion quotidienne des activités urbaines telles que les services urbains, la vie dans les quartiers résidentiels et l’espace commercial dans la ville. Parmi les aspects de cette gestion, on peut citer le mode de distribution de la propriété de l’immobilier, les mécanismes d’usage et d’usufruit dans les pratiques sociales, ainsi que l’identité des principaux propriétaires. Ce mode de gestion exigeait la présence minimale mais efficace de l’administration locale à travers un appareil de contrôle urbain, la Hisba, et d’autorité publique dont Cheikh-al balad, Qaid-al-Ayoun, qaid ezzebel et qaid al-fahs, Amin Al-asouaq forment le sommet de son appareil.

La troisième partie concerne plus les urbanistes et les architectes et présente surtout l’expérience ottomane dans le domaine d’aménagement du territoire à la lumière des événements historiques Méditerranée à cette époque. Il s’agit principalement de la tragédie mauresque et son profond impact sur l’armature urbaine du territoire algérien. L’arrivée des vagues de réfugiés andalous le long de la côte a, en effet, coïncidé avec le passage de l’Afrique du Nord sous la protection de la nouvelle puissance ottomane, qui représentait le califat musulman. La nouvelle administration se trouvait donc devant l’obligation de l’accueil et d’intégration physique et socio- économique des masses d’immigrants andalous en Afrique du Nord, d’où la création de nouvelles villes telles que Koléa et Blida, l’extension de la ville d’Alger et la renaissance des villes enterrées telles que Cherchell.

Et si le livre est dominé par son caractère historico-juridique, il propose comme conclusion une tentative de tirer les leçons de la gestion urbaine et de planification pour faire face aux défis que posent nos villes contemporaines. Convaincu que l’histoire urbaine dépasse la simple chronologie et tire son essence de la nécessite de ressourcement, l’auteur considère que la ville est un réservoir de l’expérience humaine qui, paradoxalement et à travers une lecture endogène, nous fournit des idées novatrices.
—————————————————————————————————————————————————————————-
Johannesburg
L’art d’inventer une ville
Pauline Guinard

À Johannesburg, capitale économique de l’Afrique du Sud, l’emploi même de la notion occidentale d’espaces publics pose problème. L’enjeu est alors de mettre à jour et de comprendre les éventuels processus de construction du caractère public des espaces johannesburgeois. Pour ce faire, l’art qui se déploie dans les espaces publics de la métropole depuis la fin de l’apartheid (1994) est utilisé comme une clef de lecture privilégiée de ces phénomènes, en tant qu’il permet de créer des espaces de rencontre et de débats ou, à l’inverse, de mieux réguler, contrôler et mettre en normes ces espaces.

Avec le soutien du département de géographie de l’ENS et del’IFAS et de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Editeur : PU Rennes
Parution : 09 /10/2014
Domaine : Sciences humaines et sociales | Géographie
Collection : Espace et Territoires
Format : 16,5 × 24 cm
Nombre de pages : 328 p.
Illustrations : Couleurs et N & B
ISBN-10: 2753534241
ISBN-13: 978-2753534247
—————————————————————————————————————————————————————————-
Green islands in the city

25 Ideas for Urban Gardens
Kamel Louafi

Les espaces verts urbains gagnent une importance dans notre vie quotidienne et contribuent également à notre identification avec l’environnement urbain. La reconquête des espaces ouverts dans les villes est devenue une question politique qui reflète assez différents points de vue et les moyens de faire face à ce développement. 25 architectes paysagistes installé(e)s en Allemagne, aussi bien qu’un architecte, décrivent dans un formulaire prescrit leurs visions idéale d’un jardin urbain, leur «jardin favori’’.

Kamel Louafi interroge les contributeurs sur leurs approches et leurs visions, leurs modes de travail et sur des questions telles que la durabilité et le jardinage urbain. Le livre montre la grande variété des interventions possibles de l’architecture paysagère, présentées par des croquis et textes, qui ont néanmoins des objectifs
semblables. En outre, il nous explique dans quelle la mesure le jardinage urbain influe sur notre compréhension socio-culturelle et esthétique.

Textes en anglais, allemand, français et arabe
Editeur : JOVIS Verlag ; Édition : Mul (1 janvier 2014)
Langue : Anglais, Allemand, Français
Format: 2,5 × 17,8 × 22,9 cm
Nombre de pages : 200 pages
ISBN-10: 3868592636
ISBN-13 : 978-3868592634
—————————————————————————————————————————————————————————-*DE LA TRACE À LA TRAME*
La voie, lecture du développement urbain Clément-Noël Douady

Sous la direction de Clément-Noël Douady et l’équipe Morphocity URBANISME, AMÉNAGEMENT, SOCIOLOGIE URBAINE EUROPE Comment modéliser la complexité urbaine ? D’abord déconstruire la mosaïque, ses éléments considérés à la fois comme objets mathématiques, éléments naturels et créations humaines. Ensuite, choisir et analyser ce qui paraît le plus durable dans l’évolution urbaine : le réseau des rues. Pourquoi la présence des mêmes «figures» jusqu’en Chine ? – En perspective : un outil d’analyse des projets urbains..

Editeur :L’Harmattan
Présentation : Broché
Date de parution : 01/09/2014
Format : 24.0×16.5×1.4
Nombre de pages : 262
ISBN : 9782343042329
—————————————————————————————————————————————————————————-
LES MERVEILLES DE VOYAGE
Quelques villes de l’Andalousie
Par Abdallah NOUADRIA

Un ouvrage à paraître prochainement aux éditions ALTERNATIVES URBAINES

L’auteur, un voyageur pressé du XXIe siècle, est allé à la recherche des curiosités architecturales ancestrales en Andalousie, au Royaume d’Espagne. De passage au Royaume du Maroc, il relève le maintien de l’architecture traditionnelle musulmane, principalement celle relative aux mosquées dans la vieille et la nouvelle ville de Casablanca. Il relève également l’existence de cette architecture quasi généralisée au sein de la ville millénaire de Tanger. De passage par le Détroit de Gibraltar, dit au Maghreb Djébel Tarek Ibn Ziad, il écrit dans son ouvrage : «Le Maroc est bien la porte de l’Afrique, du Maghreb arabe et du monde musulman quand l’Espagne est là, ouvrant ou fermant l’Europe, c’est selon, mais offrant une convivialité sans faille aux gens de toutes les croyances avec comme portail magnifique cette exubérante andalousie, regrettée par les uns et gardée jalousement par les autres dans des attitudes sans équivoque. Il ne reste alors que le plaisir de partager avec d’autres curieux ces choses d’un autre temps conservées dans leur écrin fait de pardon et de tolérance.»

Séville et Cordoue, ces villes abritent de nos jours un patrimoine historique indéniable, composé de monuments et sites historiques classés. L’architecture relevant de toutes les époques historiques attire actuellement de plus en plus de visiteurs. Celle de l’époque musulmane enregistre bien une curiosité particulière. Le paysage commun de toute la région est agrémenté par le passage sinueux de l’Oued Kébir, un fleuve gardant à ses bords des sites portant la patine des siècles et des noms célèbres. Il alimente généreusement les vastes plaines agricoles jusqu’à la côte de l’océan atlantique.

Grenade ou Granada, ville gardée jalousement par la chaîne de montagnes enneigées la Sierra Nevada, replonge le visiteur dans un passé chargé d’art et d’histoires. Cette ville garde de nos jours toutes ces valeurs du passé conjuguées aux cultures contemporaines, mettant en relief le folklore, la musique andalouse, les danses et les processions.

Les merveilles de l’Andalousie sont les merveilles de l’humanité. Elles sont méticuleusement bien entretenues afin que chacun y retrouve ses racines pour peu qu’il veuille s’en donner la peine.

Infos légales | Crédits